Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

4 mai 2016

#TTIPleaks : le droit de savoir… à quelle sauce on veut nous manger

Projection des documents secrets sur la Reichstag, en
Allemagne.  
© Daniel Müller / Greenpeace
#TTIPleaks : le droit de savoir… à quelle sauce on veut nous manger
Greenpeace France, 2 mai 2016

Greenpeace Pays-Bas dévoile aujourd’hui environ les deux tiers du texte confidentiel [EN] des négociations du traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis, confirmant les pires craintes sur ce qu’il recèle en termes de menace pour l’environnement et la santé et révélant la pression exercée par les négociateurs américains.

Le TTIP, c’est quoi ?

Depuis presque trois ans est négocié dans le plus grand secret le traité de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne, plus connu sous le nom de traité transatlantique ou encore TTIP ou TAFTA (Transatlantique Free Trade Agreement).

Extrait de "Comment naissent les maladies" par Pr Dominique Belpomme : Les enfants exposés aux champs électromagnétiques

Comment naissent les maladies... Et que faire pour rester en bonne santé
par Dominique Belpomme, avril 2016

Extrait du livre à propos des enfants exposés aux champs électromagnétiques (pp. 218-219)

"C'est chez l'enfant, en raison de son extrême vulnérabilité, que la survenue de troubles majeurs liés aux champs électromagnétiques est le plus à redouter.  J'ai vu en consultation des gamins de deux à trois ans et même des nourrissons de trois à quatre mois hurler de douleur en montrant leur tempe avec leurs doigts, lorsque par hasard, ils se trouvaient à proximité d'une borne Wi-Fi.  J'ai examiné des enfants plus grands et des adolescents présentant des maux de tête, des troubles de l'attention, de la concentration et de la mémoire, alors qu'il m'était rapporté qu'à l'école, au collège ou au lycée, là où on venait d'installer une antenne relais ou des ordinateurs avec Wi-Fi, l'enseignant ne comprenait pas pourqoui ces enfants ou adolescents présentaient une dyslexie ou des troubles du comportement.  Or l'intolérance chez l'enfant peut devenir telle que celui-ci, ne pouvant plus pénétrer dans sa classe, refuse purement et simplement d'aller à l'école.  A terme, il est clair que le risque de psychose ne peut être exclu, bien qu'en l'état actuel de nos connaissances nous n'en ayons pas la preuve.

Nanoparticules dans nos assiettes: le Grand Secret!

Excellente émission de la RTS Suisse, "Bon Entendeur".  Cliquez ici.

Nanoparticules dans nos assiettes: le Grand Secret!
rts.ch, 3 mai 2016

On les retrouve dans notre alimentation et dans des centaines d’objets de notre quotidien. Pourtant, elles passent complètement inaperçues. Et pour cause ! Les nanoparticules, dont la taille est 100'000 plus petite qu’un cheveu, peuvent avoir des propriétés étonnantes. Toutefois, ces nanomatériaux ne sont que très rarement indiqués dans la liste des composants d’un produit. Et surtout, on ne sait pas à quel point ils présentent des risques pour la santé des consommateurs.

Les nanos quoi?

Des nanoparticules de synthèse, on en trouve dans des articles de sport, des textiles, des cosmétiques ou encore dans l'alimentation. Fabriquées par des ingénieurs moléculaires, ces particules extrêmement petites ont des propriétés très intéressantes dans nombre de domaines et leur avenir économique et scientifique paraît radieux. Le problème, c’est qu’il en existe des centaines, toutes différentes, et qu’elles suscitent le débat: leur définition-même pose problème. Leur(s) risque(s) potentiels pour la santé sont encore peu connus, et le retard des réglementations officielles inquiète. Pour mieux comprendre, nous avons soumis quelques produits au Professeur Yves-Jacques Schneider, président de l'Institut des sciences de la vie à l'Université Louvain-la-Neuve en Belgique.

De la toxicité des nanoparticules

Différentes expériences et recherches montrent que certaines nanoparticules traversent les barrières naturelles de notre corps. Par ingestion ou par inhalation, ces nanos peuvent pénétrer jusqu’à l’intérieur de nos cellules. Quelles sont les réactions de notre organisme? A quelles doses sommes-nous exposés?

3 mai 2016

Syngenta mis à nu dans un livre noir

Ueli Gähler (Multiwatch) et Celso Barbosa (Mouvement
des sans-terre du Brésil) unis face à Syngenta.  CKR
Recueil de presque 140'000 signatures pour la pétition exhortant le Président Obama d'empêcher la méga-fusion entre Syngenta et ChemChina. 

Syngenta mis à nu dans un livre noir
par Christophe Koessler, Le Courrier, 2 mai 2016

Monsanto a un frère jumeau en Suisse. La firme Syngenta s’attire les mêmes critiques que son aîné, et collectionne des «affaires», désormais réunies dans un livre noir.

Ce n’est pas un polar mais il en partage la noirceur. L’imposant ouvrage de 300 pages Le livre noir de Syngenta1, rédigé par la coalition d’ONG et de syndicats Multiwatch2, passe en revue les activités contestées de la multinationale domiciliée à Bâle. Ainsi que nombre d’affaires dans lesquelles s’est illustré ce champion de l’agroindustrie.

Parmi d’autres: la production de pesticides toxiques, dont le redoutable Paraquat, et leur impact sur la santé et l’environnement, son recours systématique au travail temporaire, sa responsabilité dans l’assassinat d’un paysan au Brésil (lire ci-dessous), son implication supposée dans le coup d’Etat de 2012 au Paraguay et son rôle probable dans l’hécatombe des abeilles en Europe et aux Etats-Unis3.

2 mai 2016

Suisse : Face aux pesticides toxiques, des collectivités passent au vert

Face aux pesticides toxiques, des collectivités passent au vert
par Philippe Mach et Katharina Kubicek, rts.ch, 
1er mai 2016


Herbicides au glyphosate et insecticides aux néonicotinoïdes: si les pouvoirs politiques tardent à reconnaître la nocivité de ces substances, de nombreuses collectivités ont d'ores et déjà abandonné leur usage. Mise au point a mené l'enquête.

L'Union européenne doit se décider le 19 mai prochain d'interdire ou de prolonger pour 10 ans l'usage comme désherbant du glyphosate - récemment jugé cancérogène probable par l'OMS et principe actif du Round Up de Monsanto. De son côté, la Suisse attend la décision de Bruxelles. Or, des collectivités et enseignes romandes ont pris les devant, en renonçant aux pesticides, a constaté Mise au point dans son enquête diffusée dimanche.

L'ONG Greenpeace a d'ailleurs commencé à répertorier les communes vaudoises et genevoises qui continuent d'utiliser du glyphosate.

Morges, commune modèle

30 avr. 2016

France : Conflits d'intérêt : Le Sénat saisit la justice pour le Pr Aubier

Michel Aubier avait tenu des propos étonnants concernant
la pollution au cours de plusieurs interviews.
Le Sénat saisit la justice pour le Pr Aubier
par Anne Jouan, lefigaro.fr, 28 avril 2016

Le pneumologue est accusé d'avoir menti à une commission d'enquête en cachant ses liens d'intérêt avec Total.

Une première dans l'univers si feutré du palais du Luxembourg. Jeudi, le Sénat a transmis à la justice un cas de «faux témoignage» d'un médecin, selon l'expression de Leila Aïchi, sénatrice de Paris, vice-présidente de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées. Le bureau de la Chambre haute du Parlement français a pris cette décision à l'unanimité. Il a agi en vertu de l'article 40 du Code de procédure pénale qui autorise un fonctionnaire ayant connaissance d'un délit à informer le procureur de la République. Le médecin en question est une star de la pneumologie française: il s'agit du Pr Michel Aubier, chef de service à l'hôpital Bichat. Il a dirigé la première équipe d'épidémiologie respiratoire en France. S'il était condamné, la peine pourrait atteindre cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

29 avr. 2016

Québec : Les ondes WiFi gardent un étudiant à la maison

Les ondes WiFi gardent un étudiant à la maison
TVA Nouvelles, 26 avril 2016

Un élève électrosensible ne peut plus fréquenter son école de Ville Mont-Royal, car les ondes WiFi qui circulent dans son école le rendent malade. Trois professeurs lui rendent visite pour qu’il complète sa quatrième secondaire, mais ses parents s’inquiètent pour l’année prochaine.

La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys refuse de payer ces professeurs l’année prochaine. Les parents cherchent donc une autre école qui pourrait accueillir leur fils.

Si la science ne s'entend pas encore sur les effets nocifs des ondes électromagnétiques sur la santé, des médecins au Québec diagnostiquent tout de même l'électrosensibilité. Au CHUM Notre-Dame, le médecin de cet élève a même aménagé une aire d'attente spéciale pour ses patients.

«La maladie n’est souvent pas reconnue, dit celui-ci. On prend les gens pour des fous. On demande que des accommodements soient faits, comme de couper le WiFi et les téléphones cellulaires en classe.»

Les symptômes sont pourtant bien réels pour cet étudiant qui a préféré ne pas dévoiler son visage ni son vrai prénom, ayant peur d’être ridiculisé.

28 avr. 2016

France : Tours : les antennes-relais refont parler d’elles

Installation d'une antenne en 2015 rue de Ballan à Tours.
"... aujourd’hui 3000 personnes en France sont reconnues hyper-sensibles... tandis que les personnes électro-sensibles à différents degrés sont estimées entre 600 000 et 1,8 millions."

Tours : les antennes-relais refont parler d’elles
par Mathieu Giua, 37degres-mag.fr, 
26 avril 2016

Alors que la ville de Tours est jugé plutôt en pointe pour la prévention à l’exposition des ondes électro-magnétiques, le mois dernier, le déploiement d’une nouvelle fréquence sur une antenne-relais a posé des problèmes à une partie du voisinage.

Pour Isabelle Bobin, tourangelle vivant dans le centre de Tours, le quotidien comporte son lot de complications. Et pour cause, Isabelle est une personne hyper sensible aux ondes électro-magnétiques issues de la téléphonie mobile. Une maladie dont les signes sont apparus il y a quelques années et dont le diagnostic a été clairement établi il y a un peu plus d’un an. Une maladie qui a contraint Isabelle, son mari et sa fille à s’adapter à leur environnement : “J’ai aujourd’hui la possibilité de vivre en centre-ville avec beaucoup d’aménagements, mes voisins sont par exemple vigilants à leur wifi chez eux pour éviter que les ondes se propagent chez moi” explique-t-elle. Cette femme dans d’une trentaine d’années nous explique mener une vie d’évitement à l’extérieur avec en exemple des difficultés pour sortir de chez elle et l’impossibilité d’aller emmener ou chercher son fils à l’école. “L’exposition aux ondes peut entrainer des maux de têtes, des troubles de l’élocution ou encore des douleurs physiques, voire une impossibilité de se déplacer puisque cela brouille le système nerveux central”. Des pathologies lourdes pour une maladie non reconnue, avec en prime une absence totale de prise en charge.