Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

12 févr. 2016

Appel de médecins et professionnels de santé - "Pour mieux comprendre et reconnaître l'électro-hypersensibilité"

APPEL DE MEDECINS ET PROFESSIONNELS DE SANTE – « POUR MIEUX COMPRENDRE ET RECONNAITRE L’ÉLECTRO-HYPERSENSIBILITÉ »
michele-rivasi.eu, 11 février 2016

APPEL de MEDECINS et PROFESSIONNELS DE SANTE

à l’occasion du colloque du 11 Février 2016 à l’Assemblée nationale
« Pour mieux comprendre et reconnaitre l’électro-hypersensibilité »

Nous, médecins, scientifiques et professionnels de santé,

Considérant l’appel de Fribourg lancé en 2002 par des médecins, nous constatons ces dernières années au cours de nos consultations, une augmentation dramatique de maladies graves et chroniques chez nos patients, telles que:

Les symptômes généralement constatés à l’utilisation du téléphone portable :

- douleur et/ou une chaleur dans l’oreille
- troubles de la sensibilité superficielle à type de dysesthésies(fourmillements, picotements, brûlures, voire prurit) au niveau du visage, du cuir chevelu ou du bras

Puis peu à peu, et de façon permanente :

11 févr. 2016

France : Ondes : dans les P.-O., des cures en zone blanche pour les électrohypersensibles

Anne-Laure Mager, présidente électrohypersensible de
"Perdons pas le fil". AFP
Ondes : dans les P.-O., des cures en zone blanche pour les électrohypersensibles
midilibre.fr, 8 février 2016

L'association “Perdons pas le fil” souhaite créer dans les P-O la première zone en France préservée des ondes électromagnétiques.

Au milieu d'une chênaie qui s'étend à l'infini, une poignée de mas aux pierres de granit surplombent un ruisseau. C'est ici, sur la commune d'Amélie-les-Bains (P-O), que “Perdons pas le fil”, association nationale qui défend lesélectrohypersensibles (EHS, personnes allergiques aux ondes), entend créer la première zone en France préservée de tout électromagnétisme. Sa présidente, la Perpignanaise Anne-Laure Mager, mène un combat à rebrousse-poil dans le concert de ceux qui réclament la couverture tous azimuts par la téléphonie mobile. "Nous, nous voulons maintenir des zones blanches (Ndlr, sans réseau), explique-t-elle. Ces zones pourraient devenir des refuges où “se ressourceraient” les EHS." Car l'électrosensibilité est "comme une allergie". "Il suffit d'aller dans une zone protégée pour se désintoxiquer", au moins temporairement, dit-elle.

France : Douleurs "insupportables" et poids des lobbys : Laurence Abeille combat l'hypersensibilité aux ondes

Laurence Abeille dénonce l'action menée par les lobbys afin que les
autorités ne légifèrent pas sur les technologies sans fil. 
©Stéphane Allaman/Sipa
"Des médecins ont préparé un appel que nous voulions transmettre demain (jeudi 11) à Marisol Touraine, mais la ministre a refusé. C'est une faute. Qu'elle ne prenne même pas la peine d'envoyer quelqu'un de son cabinet, c'est scandaleux. (...) On laisse se développer des technologies sans prendre la peine d'étudier leur impact sur notre santé. (...) Je pense qu'il y a un scandale sanitaire majeur à venir qui sera lié aux pollutions environnementales, par les ondes ou autres, et que ce sujet n'est absolument pas traité par les autorités sanitaires."

Douleurs "insupportables" et poids des lobbys : Laurence Abeille combat l'hypersensibilité aux ondes
par Pierre Plottu, francesoir.fr, 10 février 2016

La députée Laurence Abeille (EELV, Val-de-Marne) et l'eurodéputée Michèle Rivasi (EELV) organisent un colloque visant à faire connaître, et reconnaître, l'électro-hypersensibilité, ce jeudi à l'Assemblée nationale. Dans une interview à "FranceSoir", Mme Abeille en appelle ainsi à une prise de conscience des autorités sanitaires pour "dire que la protection des populations est prioritaire, et fixer des normes".

10 févr. 2016

Suisse : Comment les entreprises utilisent nos données

Comment les entreprises utilisent nos données
par Mathilde Farine, Cheffe de la rubrique Economie & Finance, Le Temps,
28 décembre 2015

Les sociétés suisses commencent à exploiter les données qu’elles récoltent depuis des années auprès de leurs clients. De l’horlogerie à la finance, en passant par la santé, notre panorama

Depuis des années, les entreprises récoltent des données. Parmi les premiers à avoir lancé ce travail de collecte, les détaillants, Migros et Coop, savent ce que les consommateurs suisses achètent, les banques peuvent connaître toutes les dépenses de leurs titulaires de comptes, Swisscom est au courant des déplacements des utilisateurs, les applications de musique récoltent des informations sur les goûts des auditeurs. Mais que font exactement ces entreprises des masses d’informations qu’elles accumulent?

Rien? Le sociologue Sami Coll, de l’Université de Lausanne, expliquait l’an dernier dans ces colonnes que la plupart des entreprises ont commencé à récolter des données sans savoir à quoi elles allaient leur servir. Ce n’est plus le cas. Les entreprises ont commencé à décrypter ces données et à s’en servir pour affiner leur offre, cibler la publicité et mieux positionner leurs produits en fonction de ce qu’elles peuvent savoir des goûts et des besoins de leurs clients.

Détection de marqueurs biologiques communs entre électrohypersensibilité et sensibilité chimique multiple

Détection de marqueurs biologiques communs entre électrohypersensibilité et sensibilité chimique multiple pour le diagnostic objectif et la caractérisation étiopathogénique d’une même pathologie.

Dominique Belpomme, Christine Campagnac, Philippe Irigaray
Association pour la Recherche Thérapeutique AntiCancéreuse (ARTAC), Paris
www.artac.info

European Cancer and Environment Research Institute (ECERI), Paris/Bruxelles
www.eceri-institute.org

La controverse sur les causes de l’Electrohypersensibilité (EHS) et de la sensibilité aux produits chimiques multiples (MCS) réside dans l’absence de critères diagnostics reconnus en raison du manque de biomarqueurs objectifs. Depuis 2009, nous avons investigué cliniquement et biologiquement 1216 cas de malades se disant être atteints d’EHS et/ou de MCS.

« Le glyphosate est plus toxique que ce qu’on pense »

Consommer bio est un geste politique.  Arrêtons d'acheter
de mauvais produits, l'industrie arrêtera d'en produire - DR
« Le glyphosate est plus toxique que ce qu’on pense »
par Sandra Imsand, Fédération romande des consommateurs, 4 février 2016

Robin Mesnages, docteur en biologie au King’s College de Londres, est de passage en Suisse pour une série de conférences. Rencontre en marge du dépôt des 25 340 signatures déposées le 4 février aux services du Parlement, à Berne.

Le chercheur français Robin Mesnages travaille depuis de nombreuses années sur le glyphosate et l’herbicide Roundup. Aux côtés du professeur Gilles-Eric Séralini, de l’Université de Caen, en France, il est l’auteur des plus longues études jamais menées sur ces pesticides. Ses résultats sont très inquiétants.

Comment avez-vous commencé à travailler sur le sujet des glyphosates?

8 févr. 2016

Electrosensibles, ils vivent assaillis par les ondes

Depuis début décembre, la Toulonnaise Annie vit un
calvaire.  Les nouveaux compteurs installés dans son
immeuble lui déclenchent des symptômes intolérables.
Elle ne vit plus chez elle.  Photo VLP
Toujours plus d'ondes sont émises par nos objets connectés. Pourtant apprécié, le progrès technologique devient source de nuisances. Un mal invisible, mais qui ronge réellement

Electrosensibles, ils vivent assaillis par les ondes
Var-Matin, 5 février 2016

A la rue, depuis l’arrivée des compteurs

Parfois, c’est comme si sa tête était prise dans un étau. D’autres, ce sont des sensations inflammatoires dans la gorge et les poumons. Ou des décharges. Ou bien encore, des maux de tête intolérables. « C’est clair. Dès le 7 décembre, j’ai commencé à me sentir mal. Depuis le 9 décembre, je ne dors plus chez moi. »

Bien qu’elle ait un logement bien à elle, Annie, la Toulonnaise, ne fait plus que passer à son domicile. « Je calcule tous mes gestes avant de rentrer chez moi. Parfois j’y reste dix minutes, parfois une demi-heure. Je fais le minimum ».

Le 9 décembre, c’est la date de la fin de l’installation des nouveaux compteurs Linky d’ERDF, dans son immeuble, quartier Claret à Toulon. Ce sont parmi les tout premiers du départment(1). Selon Annie, la technologie CPL(2) est responsable de ses troubles, subits et inédits. Elle qui ne se décrivait pas comme une « électrosensible », terme qui désigne les personnes dont les organismes sont perturbés par les ondes électromagnétiques.

7 févr. 2016

Suisse : Nouveau projet: un tunnel électrique et touristique au Grimsel

Nouveau projet: un tunnel électrique et touristique au Grimsel
par Bernard Wuthrich, 
Le Temps, 4 février 2016

La société nationale d'électricité Swissgrid et les cantons de Berne et du Valais lancent une hypothèse inédite: construire une galerie de 22 kilomètres pour y faire passer des trains et des lignes à haute tension

Qu'ont-ils tous à vouloir creuser des trous dans les Alpes? Il existe déjà deux tunnels ferroviaires au Lötschberg, un à la Furka, un et bientôt deux au Gothard, une liaison routière souterraine et peut-être bientôt deux sous ce même massif du Saint-Gothard. Un jour pourrait s'ajouter à la liste le tunnel du Grimsel. Ses promoteurs disent qu'il s'agit d'un projet «novateur» car il prévoit de réunir sous une même voûte une voie ferroviaire touristique et une ligne électrique à très haute tension.