Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

9 avr. 2014

Suisse : Près de deux tiers des personnes parfois stressées au travail

Une des causes du stress au travail : le rayonnement des technologies sans fil?


Près de deux tiers des personnes parfois stressées au travail
ats/Newsnet, 18 février 2014

Plus de 60% de la population active souffre du stress sur son lieu de travail, selon une enquête sur la santé de l'OFS.

Ces tensions peuvent avoir des répercussions néfastes sur la vie familiale et les loisirs: les personnes victimes de stress présentent cinq fois plus souvent des symptômes de dépression.

Dix-sept pourcents des personnes actives se disent toujours ou le plus souvent stressées sur le lieu de travail, tandis que 44% le sont parfois, a détaillé mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué présentant les résultats de l'enquête suisse sur la santé.

De plus, 18% des personnes actives ont le sentiment d'être vidées émotionnellement, traduisant ainsi un risque d'épuisement professionnel, selon l'enquête, qui se déroule tous les cinq ans. En effet, les personnes très stressées au travail ou risquant d'avoir un burn-out en raison de leur emploi ont une probabilité cinq ou six fois plus élevées de faire une dépression.

3 avr. 2014

France : Baisse de la qualité du sperme, infertilité, perturbateurs endocriniens : les jeunes s'inquiètent

Image: Bradon, alias teddyppl23
Le collectif Générations Cobayes estime que c'est "un véritable scandale de santé publique qui menace d'éclater si industriels et politiques ne s'emparent pas du sujet pour faire évoluer les réglementations" et diffuse sur internet une petite vidéo destinée à cibler les gestes quotidiens qui, dose après dose, modifient nos hormones.

Baisse de la qualité du sperme, infertilité, perturbateurs endocriniens: les jeunes s’inquiètent
par Anne-Sophie Novel, alternatives.blog,
lemonde.fr, 4 mars 2014

C'est un fait: les français sont inégaux devant la baisse de la qualité du sperme.  Mais "à quoi bon se soucier des générations futures s'il n'y en a pas?" interroge le collectif Générations Cobayes qui, après la soirée eco-orgasme de décembre 2013, mène depuis 10 jours une enquête à laquelle ont déjà répondu plus de 35000 jeunes.

Un attrait certain pour la question

Le test est réalisé avec le même style et le même format que celui utilisé pour l'enquête Génération Quoi qui a connu un grand succès auprès des 18-30 ans durant l'automne 2013. Sur le ton de l'humour, un brin décalé, le questionnaire évalue les gestes du quotidien - hygiène, sexe, alimentation, beauté – et identifie ceux qui pourraient dérégler système hormonal et organes de reproduction.

26 mars 2014

Suisse: "Jamais sans leur tablette"

Article paru dans le magazine suisse « Coopération » (tirage 605'668 exemplaires et 701'000 lecteurs) et pas une mention des risques pour la santé de cette technologie, sauf des sites aux contenus violents ou pornographiques.  Titre de l'Editorial : "Jamais sans leur tablette".
 
En classe avec leur tablette
Propos recueillis par Ariane Pellaton / Rédactrice : Joëlle Challandes, Coopération, 
No 13 du 25 mars 2014

Faut-il intégrer les nouvelles technologies de l’information à l’école? A Sion, le collège privé Ardévaz mise sur les tablettes numériques et les smartphones. Reportage et tour d’horizon.

Molécules d’alertes, histamine, réaction inflammatoire… Le vocabulaire du cours de biologie active les neurones des étudiants de Myriam Gaudin ce vendredi matin à l’école Ardévaz de Sion. Dans une salle de classe ordinaire, l’enseignante donne des explications: «Le vaisseau à proximité de la blessure va se dilater, c’est ce qu’on appelle une vasodilatation. Qu’est-ce que ça va provoquer au niveau du débit sanguin?» Les étudiants de cette école privée réfléchissent, puis tentent de répondre. Jusque-là rien d’étonnant. Plus surprenant, la plupart des jeunes ont une tablette numérique posée sur leur pupitre. La même image y est projetée que sur l’écran TV qui leur fait face. Il s’agit d’un schéma illustrant une réaction inflammatoire. Chacun le consulte, en réseau. Certains y incrustent des notes, d’autres écrivent sur du papier. «Le diamètre du vaisseau sanguin s’élargit et plus de sang arrive sur le lieu de la blessure. Qui dit plus de sang dit symptômes visibles de l’extérieur», poursuit l’enseignante. 

24 mars 2014

Suisse : "Les ondes me rendent malade" : Témoignage de l'électrohypersensibilité

Depuis qu'elle se sait sensible à la pollution
électromagnétique, Godeliève se sent moins
incomprise, et trouve des solutions plus
efficaces à son problème.
(Photo:  Matthew Cavanaugh)
“Les ondes me rendent malade”
par Jennifer Keller, Femina, 23 March 2014

Insomnies, vertiges, douleurs. La Neuchâteloise Godeliève, 37 ans, a vécu trois ans infernaux jusqu’à ce qu’elle comprenne l’origine de ses maux. Cela fait une année qu’elle revit, grâce à un « biotuner ».

« J’ai encore de la peine à en parler autour de moi, car c’est un sujet tabou. De nombreuses personnes pensent que c’est psychologique, elles ne parviennent pas à concevoir que les portables, ordinateurs ou autres appareils sans fil, éminemment pratiques et souvent liés à la notion de liberté, puissent être malsains. Je n’aurais moi-même jamais imaginé l’impact qu’ils pouvaient avoir sur la santé. Il m’a fallu des mois d’errance médicale avant de le comprendre.

Tout a commencé au printemps 2010. Mon mari, qui est Américain, et moi étions à Boston en visite chez sa maman. Il faut préciser que nous partageons notre vie entre les Etats-Unis et la Suisse. Nous dormions dans une pièce dans laquelle je ne m’étais jamais vraiment sentie bien. Le niveau de pollution électromagnétique devait y être très élevé à cause des lignes électriques passant à quelques centimètres des murs… Ma santé s’est détériorée en quelques jours. Je n’arrivais plus à dormir. J’étais prise de vertiges, souffrais de maux de tête et avais l’impression d’être déshydratée. A l’hôpital de Boston, on m’a diagnostiqué une possible grippe…

20 mars 2014

Procès de l'amiante : de nouvelles plaintes à prévoir en Suisse

Selon un avocat de victime de l'amiante, cette décision
montre "la voie à suivre" pour la justice suisse.  (Image: AP)
Procès de l'amiante: de nouvelles plaintes à prévoir en Suisse
ats/Newsnet, 12 mars 2014

Alors que la Suisse a été désavouée par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) mardi, d'autres victimes de l'amiante pourraient intenter des actions en justice.

De nombreuses demandes d'indemnités de la part de victimes de l'amiante pourraient à nouveau être formulées en Suisse à la suite de l'arrêt rendu mardi par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Selon un avocat de victime de l'amiante, cette décision montre «la voie à suivre» pour la justice suisse.

Mardi, une veuve d'une victime de l'amiante et leurs deux filles ont obtenu gain de cause à Strasbourg. La CEDH a jugé que la Suisse a violé leur droit à un procès équitable en leur refusant une indemnité pour tort moral en raison de la prescription.

«La glace est brisée»

19 mars 2014

Des pesticides interdits et des Perturbateurs Endocriniens dans des fraises

On peut trouver des fraises, en provenance d'Espagne, dans les grandes chaînes de supermarchés à Genève !  En dépit d'intenses campagnes de sensibilisation, les gens continuent de les acheter, hors saison et bourrées de pesticides.

Enquête EXPPERT 2 : Des pesticides interdits et des Perturbateurs Endocriniens (PE) dans des fraises.
par Générations Futures, 9 juillet 2013

Les résultats préoccupants de notre enquête montrent la nécessité d’adopter une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens ambitieuse.

Enquêtes EXPPERT.  Afin de montrer l’urgence d’une action préventive forte dans ce domaine des PE, ces substances qui menacent le développement du fœtus et du jeune enfant même à faibles doses, Générations futures a décidé de réaliser une série de plusieurs rapports basés sur des analyses fouillées montrant l’omniprésence de nombreux pesticides PE dans notre environnement engendrant une exposition importante de la population: ce sont nos apports EXPPERT (pour EXposition aux Pesticides PERTurbateurs endocriniens). Parce que les fœtus et les jeunes enfants sont des populations particulièrement vulnérables aux dangers des PE, même à faible dose, notre association a décidé de faire une campagne d’analyse d’un fruit communément consommé par les femmes enceintes ou les jeunes enfants. Nous avons donc choisi de lancer une campagne d’analyses de résidus de pesticides dans les fraises vendues en France (en provenance de France et d’Espagne). Résultats de nombreux PE.

Le trafic des pesticides interdits est en plein boom

Le trafic des pesticides interdits est en plein boom
par Olivier Mary, Reporterre, 18 mars 2014

Les fraises sont bourrées de pesticides interdits de longue date. On trouve aussi de ces poisons dans les carottes, radis, abricots, selon un rapport officiel passé inaperçu. Un véritable trafic de ces pesticides est en place, et se développe continuement. L’administration n’a plus les moyens de l’enrayer.

Fin 2013, la Direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture (DGAL) a rendu publique une note d’information, faisant le bilan des plans de surveillance et de contrôle mis en œuvre par l’organisme en 2012. Les résultats sont édifiants.

Sur les 546 échantillons prélevés à la récolte, dont 324 échantillons de légumes et 222 de fruits, 55 présentent des résultats supérieurs aux limites maximales de résidus (LMR) et/ou des substances actives sans autorisation de mise sur le marché sur la culture (voir page 76 du document).

Quarante-et-un d’entre eux affichent à la fois des traces de molécules interdites et dépassent les limites autorisées. Carottes, radis, abricots, ou concombres : aucun n’est épargné.

Mais c’est le cas des fraises qui est le plus inquiétant. Déjà révélé en juillet 2013 par une enquête de l’association Générations Futures, l’épandage en quantité de produits phytosanitaires parfois interdits par l’Union européenne, en particulier sur ces fruits rouges, est confirmé par les fonctionnaires du ministère de l’agriculture.

Suisse : Le canton de Berne interdit l'exploitation du gaz de schiste

Le canton de Berne interdit l'exploitation du gaz de schiste
ats/Newsnet / Tribune de Genève, 19 mars 2014Mis à jour le 19.03.2014

Le canton de Berne va interdire le forage par fracturation hydraulique pour trouver des gisements de gaz.

Le Grand Conseil bernois a adopté mercredi par 93 voix contre 47 une motion commune des Verts, des socialistes et du Parti évangélique contre ce type de forages.

Le Parlement a suivi l'avis du gouvernement qui avait manifesté son opposition à la fracturation hydraulique. Une majorité des députés estime que cette méthode pour trouver des sources d'énergie comporte des risques trop élevés pour l'homme et pour l'environnement.