Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

31 janv. 2014

France : Souffrance au travail : De plus en plus de médecins censurés sur demande des employeurs

"La médecin du travail Elisabeth Delpuech dans l’Ain, a été condamnée en première instance par la chambre disciplinaire régionale suite à la plainte d’une petite entreprise après avoir certifié un effondrement anxio-dépressif chez une employée. La liste n’est pas exhaustive…

"Les conséquences de ces pressions ne seront pas seulement sociales mais aussi écologiques. « La santé au travail est la sentinelle de la santé environnementale », rappelle Dominique Huez. Les salariés sont les premiers à être confrontés et exposés à de produits dangereux, avant les consommateurs. Le devoir d’alerte en la matière est donc essentiel." 

Souffrance au travail : de plus en plus de médecins censurés sur demande des employeurs

par Ivan du Roy, bastamag, 22 janvier 2014

Des médecins du travail et des généralistes sont accusés par des entreprises de violer la déontologie médicale. Celles-ci font pression en portant plainte auprès de l’Ordre des médecins. Objectif : faire modifier des certificats médicaux en effaçant tout lien entre l’état de santé du patient et son travail. Ou obtenir que les récalcitrants soient blâmés. Dominique Huez, médecin du travail à la centrale nucléaire de Chinon, vient d’être ainsi condamné par l’Ordre suite à la plainte d’un employeur. Enquête sur des pratiques qui risquent d’avoir de graves conséquences sociales et environnementales.

29 janv. 2014

Suisse : Les réseaux sociaux ne laissent aucun répit aux élèves

Une dispute mineure sur les réseaux sociaux entre un collégien de Pully et un autre de Béthusy serait à l'origine du rixe à Lausanne. Décidés à régler leur différend face à face, les deux protagonistes ont fait appel à des amis pour les accompagner... Une bonne trentaine de jeunes - apparemment 16 Lausannois et 19 de Pully âgés pour la plupart entre 14 et 16 ans - se sont retrouvés. (Réf : Arcinfo.ch)

Les réseaux sociaux ne laissent aucun répit aux élèves

par Laureline Duvillard, 24 heures
24 janvier 2014

La rixe entre des collégiens de lundi soulève la question de l’impact de la vie sociale virtuelle dans le cadre scolaire

Il se dressait seul dans un coin de la cour et avait l’habitude d’essuyer les déjections verbales de ses collègues du préau. Les heures d’école étaient un cauchemar, mais, de retour chez lui, à l’abri, il pouvait souffler un peu. Le bouc émissaire d’autrefois n’aurait, aujourd’hui, aucun répit. Via Facebook, Whats-App on Twitter, les messages menaçants ou insultants peuvent fuser « 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 », comme le souligne Sébastien Gendre, responsable du département Prévention et formation d’Action Innocence. Une association de protection de l’enfance sur internet qui intervient régulièrement dans les établissements scolaires de Suisse romande, pour sensibiliser les enfants et les adolescents à une utilisation adéquate du web et des réseaux sociaux.

24 janv. 2014

Comment les lobbies nous font croire qu’il n’y a pas de problème avec les ondes électromagnétiques

Comment les lobbies nous font croire qu’il n’y a pas de problème avec les ondes électromagnétiques
par Marie Astier, Reporterre, 23 janvier 2014

L’Assemblée nationale examine aujourd’hui une proposition de loi sur l’exposition aux rayonnements électromagnétiques produits par les téléphones portables et autres wifi. Une proposition très faible dans un domaine où le poids des lobbies est particulièrement pesant. Enquête.

Petit à petit, les preuves s’accumulent. En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer a classé les ondes électromagnétiques dans le groupe des"agents peut-être cancérigènes pour l’homme". En 2012, le rapport "BioInitiative", au terme de l’étude de plus de 1 800 publications sur ces ondes, a conclu que "les effets biologiques [en] sont établis", même "à des niveaux d’exposition très bas". En octobre 2013, en France, le rapport de référence pour les décideurs a été réactualisé par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire). Il indique qu’il n’y a pas "d’effet avéré" des ondes sur la santé humaine... Mais il recommande quand même la prudence, notamment de limiter l’exposition des enfants aux téléphones portables.

"Les ondes, on ne les voit pas, on ne les entend pas, on ne les sent pas", répète Janine Le Calvez, présidente de l’association Priartém. Facile, donc, de nous faire douter qu’il n’y a pas de problème avec ce phénomène physique pourtant bien réel...

France : La loi sur les ondes électromagnétiques


Les fabricants des téléphones portables devront préconiser l'usage d'un kit mains libres. Toute publicité ciblant les moins de 14 ans sera également interdite. S'agissant des enfants, la proposition de loi initiale des écologistes visait à interdire les équipements Wi-Fi dans tous les établissements d'accueil des moins de 6 ans. Mais le gouvernement a fait voter un amendement qui restreint cette mesure aux moins de 3 ans, c'est-à-dire aux crèches et aux garderies. 

Au sujet des personnes souffrant d'électrohypersensibilité aux champs électromagnétiques, le gouvernement devra remettre au Parlement un rapport traitant, en particulier, de « l'opportunité de créer des zones à rayonnements électromagnétiques limités, notamment en milieu urbain », ainsi que des « conditions de prise en compte » de leurs difficultés en milieu professionnel.

La loi sur les ondes électromagnétiques en 5 questions

par Audrey Garric et Pierre Le Hir, Le Monde.fr, 24 janvier 2014

Un an après un « enterrement de première classe » aux yeux des écologistes, l'Assemblée a adopté, jeudi 23 janvier, une proposition de loi de compromis pour limiter l'exposition aux ondes électromagnétiques générées par les technologies sans fil – téléphones mobiles, tablettes, Wi-Fi.

Ce texte écologiste, fruit d'un an de travail avec les socialistes et le gouvernement, apparaît comme un « compromis constructif » et « une première réponse » aux préoccupations portant sur les ondes, selon le ministre de l'écologie, Philippe Martin. Les opérateurs des télécoms, au contraire, craignent qu'il n'entrave le développement de ce secteur, en faisant naître des « peurs irraisonnées ».

23 janv. 2014

Belgique : 4G à Namur : L'enfer pour les "électrosensibles"

Electrosensible, Elisabeth a dû transformer sa maison
pour pouvoir y vivre.
4G à Namur : l’enfer pour les « électrosensibles » (Sondage)
par Florent Marot, lavenir.net, 
13 novembre 2013

NAMUR - Après Poximus, c’est au tour de Base d’installer son propre réseau 4G à Namur. Une aubaine pour les technophiles, un drame pour les électrosensibles.

Elisabeth Lambert est électrosensible. Malaises, fatigue chronique, paralysie, migraines, confusion mentale, douleurs dans les membres et bien d’autres souffrances tant neurologiques que physiques sont le lot quotidien des personnes électrosensibles. L’électrosensiblité, qu’est ce que c’est? C’est une sensibilité à ce que l’on appelle l’électrosmog, soit la pollution electromagnétique.

22 janv. 2014

André Bonin, électrohypersensible : "Je ne peux plus aller dans les stations"

André Bonnin (LP/B.H.)
André Bonnin, électrohypersensible, doit éviter l’exposition aux ondes.  Il ne prend plus le métro (équipé d’antennes-relais de première génération dès les années 2000). « Je ne peux tout simplement plus aller dans les stations. Avec les voyageurs qui téléphonent partout, sur les quais ou dans les rames, et les antennes-relais, dans les couloirs, la concentration d’ondes tournerait rapidement à la torture. »


André Bonnin, électro-hypersensible : «Je ne peux plus aller dans les stations»
B.H., leparisien.fr, 21 janvier 2014

Il n’a plus de téléphone portable. Il a désamorcé la fonction wi-fi de sa box Internet. Et il a même déménagé pour s’éloigner d’une antenne-relais trop puissante. André Bonnin, un ingénieur du son de 47 ans, fait partie des gens atteints d’électro-hypersensibilité (EHS). Une maladie pas encore reconnue par le corps médical qui entraîne de graves troubles en cas d’exposition aux ondes électromagnétiques.

« Ça a commencé brutalement en 2006, se souvient-il. Je me suis mis à souffrir de violents maux de tête après chaque appel sur mon portable. Puis il y a eu les nausées, les pertes de sommeil, les vertiges et même les troubles de la mémoire… Je ne comprenais pas d’où ça venait. Puis j’ai réalisé que tout avait commencé le jour de l’activation d’une borne 3G juste en face de chez moi. »

Film exceptionnel : "Voyage au coeur du trafic d'organes"

Ils ont vendu leur rein.
Vous pourrez regarder ce film exceptionnel ici jusque 28 janvier 2014 sur le site d'ARTE.

Voyage au coeur du trafic d'organes
(82 min) - réalisé par Ric Esther Bienstock

Face à la pénurie d'organes à greffer, nombreux sont les malades qui se tournent vers le marché noir. 10 à 15 % des transplantations d'organes se feraient de manière illégale. Tandis que le donneur perçoit de 700 à 2 500 dollars, le receveur peut être amené à en verser 100 000. Une enquête glaçante et captivante qui interroge les rouages d'un bien juteux trafic.

De nombreux malades atteints d’un dysfonctionnement rénal se tournent désormais vers le marché noir pour se faire opérer à l’étranger. C’est ce qu’a choisi le Canadien Raul Fain, en déboursant des dizaines de milliers de dollars pour se faire greffer un rein au Kosovo. Pour cette opération qui lui a sauvé la vie, il s’est trouvé mêlé à l’un des pires réseaux connus de trafiquants d’organes. Au cœur de cette "affaire Medicus" qui a récemment défrayé la chronique, sévissaient un chirurgien turc et un éminent néphrologue israélien aujourd’hui objets de mandats d’arrêt internationaux. Pourtant ces trafics ne semblent pas près de se tarir car les candidats au don rémunéré ne manquent pas. Aux Philippines, des donneurs "volontaires" déjouent les lois nationales en prétextant des motifs désintéressés, pour une compensation dérisoire et beaucoup de risques pour leur santé physique et mentale. Au Canada, on peut même trouver un rein par petites annonces…

15 janv. 2014

Nouvelles de Genève : Il mise sur une puce pour nous protéger des ondes

Jacques Surbeck (2ème à gauche) au Salon international des
Inventions de Genève, 2011
Il mise sur une puce pour nous protéger des ondes
 par Richard Etienne, Tribune de Genève, 13 janvier 2014

A 84 ans, Jacques Surbeck est convaincu que son invention trouvera enfin le succès commercial qu’elle mérite

Des puces autocollantes pour se protéger de la nocivité des ondes émises par les téléphones portables.  Voici ce que propose depuis 2011 l’entreprise genevois SEIC SA.  Ses ventes ont longtemps stagné mais depuis peu elles sont en forte hausse.  « Nous en avons écoulé des milliers ces derniers mois », affirme Jacques Surbeck, fondateur de la société.

Les pastilles de couleur verte sont proposées dans certaines pharmacies et sur Internet.  La PME en exporte toujours plus vers la France, l’Allemagne, dans les pays du Golfe et outre-Atlantique.  Près de 20'000 puces, dites EMF-BioShield, se sont écoulées depuis 2011, quand elles ont été commercialisées pour la première fois.  Ce chiffre pourrait augmenter en 2014 : « Des contrats importants dans la Communauté européenne, aux Etats-Unis et dans des pays arabes sont actuellement négociés », se réjouit Jacques Surbeck.  Les études qui mettent en garde contre l’exposition aux champs magnétiques commencent en outre à faire couler l’encre.  « Autrefois, les rayons X ont tué beaucoup de radiologues, qui sont désormais protégés par un tablier de plomb.  Les gens commencent à comprendre que la scénario se répète aujourd’hui avec d’autres ondes », lance Jacques Surbeck.

14 janv. 2014

Québec : Tsunami d'autisme

Des parents inquiets demandent à Fisher-Price de cesser de
vendre ce produit Wi-Fi qui mettrait les bébés en danger.
Signez la pétition à Fisher-Price.
Tsunami d’autisme au Québec
par André Fauteux, Editeur et Rédacteur en chef, Maison du 21e Siècle, 6 janvier 2014

Un pour cent des enfants québécois ont reçu un diagnostic d’autisme et la prévalence double depuis dix ans à chaque quatre ans, confie ce matin dans le quotidien Le Soleil le ministre déléguée à la Santé et aux services sociaux, Véronique Hivon. Et la prévalence est encore sous-estimée car le dépistage s’améliore sans cesse. Par exemple, on découvre que de plus en plus de gens diagnostiqués comme déficients intellectuels sont en fait autistes, selon la Dre Chantal Caron, chef du programme autisme à l’Hôpital Rivière-des-Prairies, à Montréal.

«On n’a pas de facteurs environnementaux qui ont été mis en évidence actuellement pour expliquer l’augmentation », affirme ce médecin.

Elle devrait peut-être considérer notre surexposition aux champs électromagnétiques (CEM), si on en croit les dires d’une pédiatre neurologiste et chercheure en neuroscience à l’Université Harvard et à l’Hôpital général du Massachusetts. « En fait, depuis des décennies, des milliers d’études (…) documentent les effets sanitaires et neurologiques nocifs des CEM », écrivait la Dre Martha Herbert, en février 2013, dans une lettre adressées au District scolaire unifié de Los Angeles. Cette lettre avait pour but pour déconseiller l’installation de branchements internet sans fil (Wi-Fi) dans toutes les écoles de la région californienne.

12 janv. 2014

Les lignes à haute et très haute tension : les impacts sur la santé

Pylône chat (225 000 volts)
C. Magdelaine / notre-planete.info 
© 
Les lignes à haute et très haute tension : les impacts sur la santé

Christophe Magdelaine, notre-planete.info

Les lignes à haute et très haute tension en France

Le réseau de lignes à haute (HT) et très haute tension (THT) en France comprend environ 100 000 km de lignes de 63 000 à 400 000 volts selon RTE, le gestionnaire du Réseau de transport d'électricité en France. Un quart de ces lignes est en 400 000 volts, un autre quart en 225 000 volts et la moitié de 63 000 à 90 000 volts.

Les lignes se situent à 65 % en zone agricole et à 15 % en zone forestière.
La constitution de ce réseau s'explique par l'inégale répartition entre les zones de production et de consommation. Des lignes à forte puissance assurent donc des interconnexions entre les régions et même avec des pays frontaliers. Celles-ci sont indispensables pour assurer la sécurité des approvisionnements.

Toutefois, environ 350 000 Français vivent à proximité de lignes qui émettent des champs électriques et magnétiques d'extrêmement basses fréquences (CSHPF, 2004).

9 janv. 2014

Quand le vase déborde : l'intolérance aux ondes

L'oncologue
Dominique Belpomme
"Comme le tabagisme ne causera pas de maladie cardiorespiratoire chez tous les fumeurs, l’exposition quotidienne aux radiofréquences émises par des antennes et des appareils sans fil... , n’entraînerait pas des problèmes de santé graves, à court ou à long terme, chez tous les individus. Mais l’absence de symptômes aigus n’indique pas que leur corps n’en souffre pas et que le vase n’est pas à la veille de déborder."

Quand le vase déborde : l’intolérance aux ondes
par André Fauteux, Editeur et Rédacteur en chef,
Maison du 21e siècle,  9 janvier 2014

La vie de Brigitte a basculé le 25 janvier 2012. « J’ai ressenti une explosion dans ma tête. J’ai été prise de vertiges qui m’ont fait tomber par terre. Mon cœur palpitait tellement que je pensais que je faisais un arrêt cardiaque. C’est une semaine plus tard, en parlant à ma propriétaire, que j’ai découvert que les trois compteurs électriques de notre immeuble avaient été changés chez elle, sous mon appartement. J’ai ressenti ces douleurs intenses au même moment où les compteurs intelligents ont été installés à mon insu », relate Brigitte, qui habite le quartier montréalais de Villeray, l’un des premiers sélectionnés par Hydro-Québec pour recevoir les compteurs nouvelle génération émetteurs de radiofréquences (RF).

7 janv. 2014

Les techniciens qui installent les antennes 4G pourraient mettre leur santé en danger

Ondes électro-magnétiques : Les techniciens qui installent les antennes 4G pourraient mettre leur santé en danger
Basta Mag, 2 décembre 2013

Malheureusement ces salariés appartiennent à des entreprises sous-traitantes qui n’ont même pas de CHS-CT.

Les quatre opérateurs de téléphonie mobile ont mis les bouchées doubles avec le lancement de la 4G, qui permet de surfer sur Internet en haut-débit depuis son téléphone mobile, l’installation de nouvelles antennes se multiplie. Problème : les techniciens du secteur, souvent salariés d’entreprises sous-traitantes, semblent délaisser les consignes de sécurité au détriment de leur santé. Sous la pression des donneurs d’ordre, les risques augmentent, alors que la réglementation sur la protection des travailleurs reste inadaptée.

« On a souvent des maux de tête, certains de nos collègues se sont mis à saigner du nez en travaillant, sans savoir vraiment pourquoi », témoigne un technicien, sous-traitant d’Orange, qui s’apprête à monter des « antennes panneaux » 4G sur un mât d’une vingtaine de mètres, au sommet d’un stade de foot. « Je ne ferai pas ce métier toute ma vie », ajoute-t-il, inquiet des risques que peuvent représenter les émissions d’ondes de ces antennes relais.

Santé au travail : Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques

Santé au travail: Des syndicalistes sensibles aux effets des ondes électromagnétiques !
parisculturesocial.over-blog,com, 6 février 2013

Dans un appel, ils demandent aux pouvoirs publics de limiter au maximum les expositions dans les espaces de travail !

Le débat aura beau avoir été escamoté à l’Assemblée Nationale, il n’échappera pas aux questions que se pose le monde du travail.

Pour mieux protéger les salariés, les syndicats se penchent désormais sur les risques émergeants liés aux ondes électromagnétiques et les nouvelles technologies qui envahissent les espaces de travail.

Depuis quelques années un nouveau phénomène, le syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM) ou Hyper électrosensibilité (EHS), est apparu et touche désormais un nombre de personnes non négligeable ((2-3% de la population selon les estimations) dont de nombreux salariés.