Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

30 avr. 2014

Il faut que Syngenta reconnaisse son rôle dans le déclin des abeilles

Action au siège de Syngenta à Bâle pour leur demander de cesser la
production de pesticides toxiques pour les abeilles.
Greenpeace/Ex-Press/Würtenberg

Il faut que Syngenta reconnaisse son rôle dans le déclin des abeilles
Greenpeace Suisse, 
29 avril 2014

Aujourd'hui, lors de l'assemblée générale de Syngenta et de Bayer, une Alliance européenne pour la protection des abeilles et de l'agriculture a demandé que l'industrie agrochimique reconnaisse son rôle dans la mort des abeilles et cesse de saboter les lois européenne et suisse contre les néonicotinoïdes nocifs pour les abeilles.

A leur arrivée, les actionnaires ont été accueillis par des tracts et des brochures sur la crise que traversent les insectes pollinisateurs et l'agriculture; les représentants de l'Alliance pour la protection des abeilles et de l'agriculture ont ensuite pris la parole dans le cadre de l'assemblée générale (AG). Michel Demaré (Syngenta) et Marijn Dekkers (Bayer) sont confrontés à leurs responsabilités dans la mort des abeilles et doivent cesser de commercialiser des pesticides toxiques. Les apiculteurs, Greenpeace et d'autres organisations exigent qu'ils soutiennent une agriculture écologique au lieu de promouvoir les méthodes destructrices de l'agriculture industrielle qui utilise à outrance les substances chimiques.

28 avr. 2014

Suisse : Echange de lettres avec la Poste Suisse concernant de la publicité au CanalPoste : l'utilisation d'un téléphone portable par un jeune enfant

Lettre adressée à Madame Susanne Ruoff, Directrice générale, Poste CH SA, Berne
Genève, le 8 mars 2014

Madame,

Nous étions très gênés par la publicité au CanalPoste, affichée probablement à chaque Poste en Suisse romande, d’un enfant, âgé de moins de 5 ans, qui colle un téléphone portable contre son oreille. Il s’agit de la publicité pour consulter la prévision Météo par téléphone.

Il envoie le message aux consommateurs que c’est sûr pour les jeunes enfants d’utiliser cette technologie. En fait, l’utilisation d’un téléphone portable expose les enfants aux dangers des rayonnements électromagnétiques : tumeurs au cerveau, atteinte de la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau des substances toxiques, problèmes de comportement. Les crânes des enfants sont plus petits et fragiles et absorbent plus de rayonnements. L’utilisation de téléphones portables par de très jeunes enfants facilite au cours de leur vie une accumulation de rayonnements beaucoup plus grande que celle des adultes, ce qui pourrait augmenter significativement le risque qu’ils développent des tumeurs cérébrales.

25 avr. 2014

France : Dans l'Essonne, l'électrosensibilité reconnue comme un handicap

Dans l’Essonne, l’électrosensibilité reconnue comme un handicap
par Romain Loury, Journal de l'environnement, 11 avril 2014

La maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de l’Essonne a accordé fin janvier une aide financière à une personne électrosensible, une première en France, selon le Collectif des électrosensibles de France.

Vivant dans le sud de l’Essonne, Jérôme, 32 ans, a dû cesser son activité professionnelle en 2011 en raison d’une électrohypersensibilité (EHS) contractée au travail [1]. En cause selon lui, un appareil auquel il était, en tant que technicien dans un laboratoire public de recherche en chimie, quotidiennement confronté.

Si le statut de maladie professionnelle lui a été refusé -décision prise malgré l’avis positif d’un expert médical, et qu’il conteste actuellement devant la justice-, Jérôme a eu plus de succès auprès de la MDPH de l’Essonne, structure qui dépend du conseil général.

France : Electrosensible, elle se réfugie au sommet d'une grue

Une femme s'affirmant électrosensible s'est réfugiée au
sommet d'une grue afin de demander un relogement
adapté à son état de santé (Photo: Ludovic Marin, AFP)
Electrosensible, elle se réfugie au sommet d’une grue
AFP / liberation.fr, 28 mars 2014

Une femme s’affirmant électrosensible s’est réfugiée vendredi matin au sommet d’une grue à Antony (Hauts-de-Seine) afin de demander un relogement adapté à son état de santé, a-t-elle annoncé à l’AFP.

«Je n’en peux plus, j’arrive au bout, cela fait deux ans que je demande à être relogée en vain», a déclaré Horia Necili perchée à 50 mètres de haut depuis 7H00 du matin, alors que des policiers ont été déployés autour de la grue.

Agée de 58 ans, Mme Necili, qui dit ne pas supporter les ondes des télécommunications, habitait un HLM avant d’être relogée deux ans plus tard par la mairie, à sa demande.

Mais selon elle, ce nouvel appartement reste inadapté à cause de la présence de «nombreuses» sources d’électricité et ondes qui lui provoqueraient de violents maux de tête et acouphènes.

24 avr. 2014

Suisse : Le premier immeuble pour hypersensibles voit le jour à Zurich

Dans cet immeuble, il est interdit de fumer, de se parfumer,
d'utiliser son téléphone portable.
SUISSE. Le premier immeuble pour hypersensibles voit le jour à Zurich
afp / leprogres.fr, 6 avril 2014

Interdit de fumer, de se parfumer, d’utiliser son téléphone portable... autant de règles à suivre si l’on souhaite vivre ou tout simplement visiter ce refuge pour hypersensibles construit à Zurich, en Suisse.

Douleurs, anxiété, problèmes respiratoires. Ce sont là certains des symptômes quotidiens dont souffrent les personnes atteintes du syndrome d’hypersensibilité chimique (MCS) qui serait causé par une intolérance à une multitude de produits chimiques: lotions, lessives, laques pour cheveux, peintures... L’hypersensibilité peut aussi être électromagnétique: elle est alors provoquée par les différentes ondes électromagnétiques que dégage l’équipement électronique sans fil. 

«Je souffre depuis mon enfance. Cela va réellement changer ma vie», raconte un des résidents, Christian Schifferle, 59 ans, à la tête de Fondation Healthy Life and Living (www.stiftung-glw.com) à l’origine du projet de construction.

Suisse : Neuchâtel : Interpellation du groupe PLR, intitulée "Quel concept pour la mise en place du Wifi?"

Interpellation du groupe PLR par M. Jean Dessoulavy et consorts, intitulée « Quel concept pour la mise en place du Wifi ? »
(Déposée le 6 mars 2014 et inscrite à l’ordre du jour pour la 1ère fois lors de la séance du Conseil général de la ville de Neuchâtel du 31 mars 2014) :

« Comme le dit le slogan, Neuchâtel est une ville qui veut rayonner. Le Conseil communal propose même d’étendre pour CHF 112'000 au budget 2014 la couverture Wifi dans la ville pour en faire profiter habitants et touristes. Or, avant d’étendre cette couverture, il nous semble important d’obtenir quelques précisions sur cette mise à disposition de bornes Wifi supplémentaires.

Nous souhaiterions obtenir des précisions sur les aspects sécuritaires, de santés publiques et pratiques de ce service.

Au niveau de la sécurité tout d’abord, quelles sont les mesures techniques et organisationnelles qui sont prises pour vérifier et empêcher que l’infrastructure de la ville puisse être utilisée à des fins malhonnêtes ou illégales (téléchargement de contenus interdits par la loi, utilisation de l’infrastructure de façon anonyme, vol de données privées d’autres utilisateurs connectés au réseau) ? Nous partons du principe qu’une sécurité de base a été mise en place, mais à quel point est-il facile de la contourner ? Dans le cas d’une utilisation frauduleuse du service, quelles sont les responsabilités morales, civiles et pénales de la ville de Neuchâtel ?

Pour ce qui est de la santé publique, diverses études plus ou moins contradictoires (qui rappellent les études sur le tabac dans les années 1940) démontrent ou ne démontrent pas les effets néfastes des ondes électromagnétiques sur les humains. Cela dit, nous appelons en fait à ce que nos autorités dans ce dossier ne minimisent pas les risques liés à l’émission du Wifi et appliquent ce que l’on pourrait appeler le principe de précaution en envisageant par exemple de prévoir des lieux spécifiques au sein de l’administration dans lesquels le Wifi serait utilisé et d’en informer les collaborateurs de façon claire.

Suisse : Neuchâtel : Le Conseil communal veut davantage de bornes internet sans fil

Le rayonnement de la Ville passe aussi par son wi-fi
par Santi Terol, L’Express,
27 mars 2014

NEUCHÂTEL Le Conseil communal veut davantage de bornes internet sans fil.

Les autorités de la Ville de Neuchâtel ont fait du rayonnement le leitmotiv de la présente législature. Et c’est notamment en pensant au confort des employés de l’administration et des touristes que le Conseil communal a prévu d’étendre la couverture wi-fi du réseau internet. Une somme de 112 000 francs a été inscrite au budget 2014 à cet effet. Mais entre panache et propagation d’ondes électromagnétiques, certains élus craignent un mélange des genres.

Par l’entremise de Jean Dessoulavy, le groupe libéral-radical du Conseil général s’inquiète de la portée de ce projet. Plus particulièrement des éventuelles incidences sur la santé publique.

3 avr. 2014

France : Baisse de la qualité du sperme, infertilité, perturbateurs endocriniens : les jeunes s'inquiètent

Image: Bradon, alias teddyppl23
Le collectif Générations Cobayes estime que c'est "un véritable scandale de santé publique qui menace d'éclater si industriels et politiques ne s'emparent pas du sujet pour faire évoluer les réglementations" et diffuse sur internet une petite vidéo destinée à cibler les gestes quotidiens qui, dose après dose, modifient nos hormones.

Baisse de la qualité du sperme, infertilité, perturbateurs endocriniens: les jeunes s’inquiètent
par Anne-Sophie Novel, alternatives.blog,
lemonde.fr, 4 mars 2014

C'est un fait: les français sont inégaux devant la baisse de la qualité du sperme.  Mais "à quoi bon se soucier des générations futures s'il n'y en a pas?" interroge le collectif Générations Cobayes qui, après la soirée eco-orgasme de décembre 2013, mène depuis 10 jours une enquête à laquelle ont déjà répondu plus de 35000 jeunes.

Un attrait certain pour la question

Le test est réalisé avec le même style et le même format que celui utilisé pour l'enquête Génération Quoi qui a connu un grand succès auprès des 18-30 ans durant l'automne 2013. Sur le ton de l'humour, un brin décalé, le questionnaire évalue les gestes du quotidien - hygiène, sexe, alimentation, beauté – et identifie ceux qui pourraient dérégler système hormonal et organes de reproduction.