Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

31 mars 2015

Pesticide et santé : l'équation sans solution

Excellent documentaire sur les ravages du glyphosate.  Ce film ne peut être visionné que quelques jours.

Arte, 2015 : Thomas Kausch, Présentateur et Andreas Rummel, Réalisateur (45 min)

Comment le glyphosate, le désherbant le plus vendu au monde, pourrait être à l'origine de graves problèmes sanitaires affectant le bétail, mais aussi les agriculteurs.

Au milieu des années 1990, des milliers de bovins meurent dans les étables. Malformations des veaux, fausses couches des vaches et problèmes de stérilité déciment les troupeaux. Les agriculteurs eux-mêmes ne sont pas épargnés et rencontrent divers graves problèmes de santé. Un éleveur de porcs danois a comparé sur plusieurs années les taux de pesticide dans l'alimentation de ses animaux et ceux de malformation des porcelets. Des chercheurs français, eux, ont mené une étude méthodique sur le problème. Les très longues et laborieuses analyses entreprises finissent par aboutir : les bêtes malades présentent dans leur organisme un taux très élevé de glyphosate – le désherbant le plus vendu au monde. Or, l'immense majorité des rations servies aux bêtes dans le nord de l'Europe proviennent de céréales OGM importées d'Amérique, dont les graines contiennent de grandes quantités de cet herbicide, pour l'instant défendu bec et ongles par le puissant lobby agro-alimentaire européen.

Mercredi 01 avril à 10h00 (45 min)

Rediffusion vendredi 10.04 à 10h00
Déjà diffusé mardi 31.03 à 21h50

http://www.arte.tv/guide/fr/050772-000/pesticide-et-sante-l-equation-sans-solution

Suisse : Rayonnement non ionisant et son - Meilleure protection lors de l’utilisation

Rayonnement non ionisant et son 
Meilleure protection lors de l’utilisation
Conseil fédéral et Office fédéral de la santé publique

Berne, 11.02.2015 - Le Conseil fédéral entend mieux protéger la population contre les dangers liés au rayonnement non ionisant (RNI) et au son en édictant une nouvelle loi. Après avoir pris acte des résultats de la consultation menée sur le sujet, il a chargé le Département fédéral de l'intérieur (DFI) d'élaborer un projet ad hoc d'ici la fin de l'année. Le projet ne concerne pas les installations fixes comme celles de téléphonie mobile ou les lignes à haute tension.

La grande majorité des participants à la consultation approuve le projet de réglementation. D'aucuns soutiennent pleinement les propositions du Conseil fédéral. D'autres reconnaissent qu'il faut protéger la population contre les effets nocifs du rayonnement non ionisant et du son par le biais de prescriptions légales, mais émettent des réserves quant à la nécessité d'élaborer une loi spécifique en la matière. Seule une minorité de participants a rejeté l'avant-projet de loi mis en consultation, jugeant que celui-ci ne tenait pas assez compte de la responsabilité individuelle ou qu'il n'englobait pas le principe de précaution. Le Conseil fédéral estime toutefois que les lois existantes ne peuvent être modifiées de façon à garantir à la population une protection suffisante contre les RNI et le son. Il a donc chargé le DFI d'élaborer un texte délimitant clairement le champ d'application de la nouvelle loi par rapport à la législation actuelle. La répartition des tâches entre la Confédération, les cantons et les acteurs privés devra aussi être clarifiée.

Suisse : Première table ronde sur l'amiante : discussion sur les objectifs et la suite des travaux

Première table ronde sur l'amiante : discussion sur les objectifs et la suite des travaux
Office fédéral de la santé publique

Berne, 12.03.2015 - Les représentants des personnes affectées par l'amiante, des organisations patronales, de l'Union syndicale suisse, de différentes entreprises ainsi que de la Suva se sont réunis une première fois pour discuter des objectifs à atteindre et de la suite des travaux. Ils sont en principe disposés à rechercher ensemble une solution consensuelle pour aider les personnes qui rencontrent des difficultés en raison d'une maladie provoquée par ce matériau. Cette table ronde, instaurée par le conseiller fédéral Alain Berset, est présidée par l'ancien conseiller fédéral Moritz Leuenberger.

Pour aider les personnes risquant d'être confrontées à des problèmes financiers en raison d'une maladie provoquée par l'inhalation de fibres d'amiante, le conseiller fédéral Alain Berset a instauré une table ronde.

Microondes : utilisation dans le contrôle des populations… via les abeilles ?

Microondes : utilisation dans le contrôle des populations… via les abeilles ?
ephiscience.net / Journal Kokopelli (revue no. 6 de 2013-2014)

Barrie Trower est un physicien britannique à la retraite.
Il est un expert des armes à microondes pulsées et a travaillé pour la Royal Navy et les services secrets britanniques. Durant sa carrière, il a débriefé des espions qui provenaient de différents pays ayant mis au point et utilisé des armes à microondes. Depuis qu'il est à la retraite, il s'investit pour expliquer au public, au travers de lettres et de conférences, les méfaits des microondes sur les êtres vivants.

Dans un article publié par le site internet "Sign Of The Times" le 21 septembre 2013 intitulé "Dr. Barrie Trower : l'utilisation des microondes dans le contrôle des populations", Lars Drudgaard (directeur régional pour l'Europe du Centre ICAAT "International Center Against Abuse of Convert Technologies"), et Stephen Bell (son collègue) ont questionné en mai 2012 le physicien Barrie Trower au sujet des effets potentiellement délétères des microondes pulsées (GSM, UMTS, WiFi etc.) sur les êtres vivants.

Le thème principal de cet entretien été l'utilisation abusive des microondes en tant qu'arme furtive secrète et clandestine, existant depuis au moins 50-60 ans. Au cours du temps, ce type d'arme a revêtu de nombreux visages, et elle est toujours utilisée sur des cibles différentes dans le monde, jusqu'à causer la mort.

Pourquoi tous les gouvernements échouent à réduire la présence des pesticides

Pourquoi tous les gouvernements échouent à réduire la présence des pesticides
par Nolwenn Weiler, bastamag.net, 
30 mars 2015

Réduire de moitié l’usage des pesticides : telle est l’ambition affichée par les ministres de l’Agriculture depuis une décennie. Pourtant, le recours à ces produits toxiques et cancérogènes ne cesse d’augmenter. Malgré les discours sur « l’agriculture raisonnée », malgré la progression des cultures bio, malgré l’effort des consommateurs qui achètent de plus en plus de produits sans pesticides, malgré les résultats obtenus par plusieurs agriculteurs qui réduisent drastiquement le recours à la chimie… En cause : le poids de l’agro-business qui freine tout changement d’ampleur. Et l’absence de véritables sanctions contre les fraudeurs qui continuent d’utiliser des produits pourtant interdits. Enquête sur une aberration.

30 mars 2015

Nouveau rebondissement dans l'affaire Eternit

Le milliardaire suisse avait été condamné en appel à 18 ans
de prison, mais avait finalement été acquitté.
Image : Keystone
Nouveau rebondissement dans l'affaire Eternit
Le Matin, 23 février 2015

TURIN : Le procureur de Turin accuse l'homme d'affaires suisse Stephan Schmidheiny d'homicide volontaire aggravé et demande son renvoi devant la justice.

Le procureur de Turin Raffaele Guariniello a demandé lundi 23 février le renvoi devant la justice de l'homme d'affaires suisse Stephan Schmidheiny. Il l'accuse d'homicide volontaire aggravé pour la mort de 258 personnes dans les régions où se trouvaient des usines d'amiante du groupe Eternit S.p.A. Gênes.

Ces décès ont été enregistrés entre 1989 et 2014, a annoncé le magistrat piémontais en commentant les considérants du jugement rendu en novembre dernier par la Cour de cassation.

Condamné avant d'être acquitté

Suisse : Témoignage de Maher Choura, décédé de mésothéliome, le "cancer de l'amiante"

Hommage à Maher Choura, décédé le 19 février 2015 
caova.ch, 19 mars 2015

[Regarder aussi ce reportage du 25 janvier 2015: L'amiante , une épée de Damoclès - En Suisse, l'amiante a déjà provoqué plus de 1700 décès. Les personnes exposées à ce matériau interdit en 1989 vivent avec une véritable épée de Damoclès sur la tête: il faut souvent attendre des décennies pour que la maladie se déclare.]

Maher Choura, gravement atteint dans sa santé par une maladie spécifique de l'amiante dès octobre 2013, a pris contact avec CAOVA en novembre 2014. Il avait appris l'existence de notre Comité d'aide aux victimes de l'amiante suite à une émission de la TSR sur le jugement à Rome du responsable de milliers de travailleurs italiens exposés à l'amiante, Stephan Schmidheiny. Maher ne travaillait pas dans une usine d'amiante, sur des chantiers où il est mise en œuvre, ni dans une entreprise de désamiantage. C'est dans l'une des imprimeries où plusieurs imprimeries "pourries", comme il disait, où il travaillait depuis 20 ans qu'il a été empoisonné, comme plusieurs membres de CAOVA décédés comme lui de mésothéliome, le "cancer de l'amiante".

Voici le témoignage de Maher Choura :

Suisse : Jean Fouace, victime de l'amiante

Ce drame révèle les carences de la Confédération, des Cantons, de la SUVA et du propriétaire de l’Hôtel du Parc de Villars-sur-Ollon, où le victime travallait comme professeur de gymnastique et maître nageur pendant 33 ans, en matière de prévention des dangers de l’amiante. 

A la mémoire de Jean Fouace, décédé le 10 mars 2015

caova.ch, 25 mars 2015
hommage-a-j-fouace

Jean Fouace a travaillé pendant 32 ans, de 1966 à 1999, comme professeur de gymnastique et maître nageur à l’Hôtel du Parc de Villars-sur-Ollon. En 2013, cinq ans après sa retraite, une grave maladie, le mésothéliome, lui ayant été diagnostiquée, il a fait appel à notre Comité d’aide aux victimes de l’amiante (CAOVA). C’est l’un des membres du Comité, expert de EPFL, qui a répondu à son appel et, curieux hasard, c’est lui-même qui l’avait accueilli et accompagné en 1985 au cours de l’expertise amiante demandée par le propriétaire de l’hôtel. L’expert, se fondant sur les mesures de l’Institut de santé au travail (IST) avait conclu dans son rapport: “L’enlèvement du flocage est recommandé pour la grande salle de la piscine [...] afin d’éliminer complètement l’amiante du bâtiment.” En effet, les flocages qui recouvraient les plafonds, effectués en 1966, étaient très dangereux pour la santé du personnel et de la clientèle de l’hôtel. Ce danger était connu publiquement puisque l’hôtel qui figurait dès 1985 sur la liste des 4′000 bâtiment à risque en Suisse devait être désamianté sans tarder, d’autant plus que le flocage, accessible à la main, était abîmé par en droits. Pourtant, à ce jour, aucun désamiantage n’a été effectué.

29 mars 2015

Le Roundup cancérogène : j'avais établi sa toxicité dès 2002. Nous avons perdu 13 ans

Un bidon de l'herbicide glyphosate au Sri Lanka en
janvier dernier (E. Jayawardena/ Sipa)
Le Roundup cancérogène : j'avais établi sa toxicité dès 2002. Nous avons perdu 13 ans
par Robert Bellé, Professeur, édité par Sébastien Billard Auteur parrainé par Guillaume Malauri, Nouvel Observateur, 28 mars 2015

LE PLUS. Le Roundup est désormais considéré comme cancérogène. Pesticide le plus répandu dans le monde, il vient d'être classé comme tel par l'agence du cancer de l'Organisation mondiale de la santé. Robert Bellé, professeur émerite de l'université Pierre et Marie Curie, a mené une étude en 2002 sur le glyphosate, le produit actif du Roundup. Il déplore le temps qui a été perdu.

Avons-nous perdu 13 années de prévention ?

France : Pesticides "cancérogènes": "un signal qui doit nous alerter", dit la Ministre de la Santé

La ministre de la santé Marisol Touraine à l'Assemblée
nationale le 24 mars 2015 (c) Afp
Pesticides "cancérogènes": "un signal qui doit nous alerter", dit Touraine
sciencesetavenir.fr, 25 mars 2015
 L
Paris (AFP) - Le classement de cinq pesticides comme cancérogènes probables ou possibles par l'OMS, est "un signal qui doit nous alerter", a réagi mercredi la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui ne s'est cependant pas prononcée dans l'immédiat sur une interdiction des deux substances encore utilisées.

"C'est évidemment un signal d'une très grande importance qui doit nous alerter et nous mobiliser parce que nous ne pouvons faire comme si ces produits ne posaient pas des risques pour les utilisateurs", a-t-elle dit à l'Assemblée nationale, répondant à la députée EELV Laurence Abeille, qui l'interrogeait sur ce que le gouvernement "compte faire pour parvenir à l'interdiction rapide de ces produits cancérigènes".

28 mars 2015

Après le classement du Round-up comme « probablement cancérogène », Monsanto contre-attaque

[Dessin de Rodho]
Après le classement du Round-up comme « probablement cancérogène », Monsanto contre-attaque
par Rédaction, Rodho, bastamag.net,
27 mars 2015

Le glyphosate, une molécule produite par Monsanto pour les pesticides, vient d’être classé comme « probablement cancérogène » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) basée à Lyon. « L’information est énorme. En France, un champ de blé sur trois est traité au glyphosate. En Europe, pas moins de 400 entreprises en commercialisent, à travers 30 désherbants différents. Ailleurs dans le monde, une bonne partie des maïs et soja OGM ont été conçus pour être « Roundup ready », c’est-à-dire résistants au glyphosate. Ce qui permet d’épandre du glyphosate sur un champ et y tuer toutes les plantes sauf les OGM. Ce qui permet à Monsanto de vendre à un agriculteur à la fois la plante et l’herbicide. Génial », écrit Terra Eco.

France : Des agriculteurs productivistes empêchent une manifestation pacifique contre les pesticides

L’association Générations futures qui organise la Semaine pour les alternatives aux pesticides est partenaire de la prochaine Rencontre de Reporterre lundi 30 mars à Paris.

Des agriculteurs productivistes empêchent une manifestation pacifique contre les pesticides
par François Veillerette , reporterre.net,
28 mars 2015

En Corrèze, les citoyens victimes des pesticides répandus massivement sur les pommiers ont subi les menaces d’agriculteurs : la manifestation pacifique de ce dimanche est de ce fait interdite. « Les tenants de l’agriculture chimique se sentent-ils au-dessus des lois ? »

En 2015, la Semaine pour les alternatives aux pesticides fête ses 10 ans. L’événement rassemble cette année encore, du 20 au 30 mars, des centaines d’associations, locales, régionales ou nationales en France et dans une vingtaine d’autres pays en Europe, en Amérique Latine ou encore en Afrique.

Le principe de cette Semaine est simple : informer sur les dangers sanitaires et environnementaux des pesticides, mais surtout démontrer qu’on peut se passer de ces toxiques, aussi bien en agriculture que dans la gestion des espaces verts, dans les jardins ou maisons des particuliers. Pour ce faire, elle met en avant les alternatives existantes à travers conférences, ateliers pédagogiques, visites de fermes, projection/débats, marches… Ces manifestations toujours pacifiques et bon enfant, réunissent chaque année des dizaines de milliers de personnes.

25 mars 2015

Glyphosate classé cancérigène : les pesticides comme le Roundup doivent être retirés

Un bidon de désherbant à base de glyphosate.
Glyphosate classé cancérigène : les pesticides comme le Roundup doivent être retirés
par François Veillerette, Écologiste, Nouvel Observateur, 22 mars 2015
Édité par Henri Rouillier Auteur parrainé par Guillaume Malaurie

LE PLUS. C'est un des pesticides les plus utilisés au monde. Le glyphosate, qui est le principal ingrédient entrant dans la composition du Roundup, produit par Monsanto, a été reconnu "cancérigène probable" pour l'homme par le Centre international de recherche sur le cancer, l'agence de l'OMS spécialiste du cancer. Pour François Veillerette, porte parole de Générations futures, il ne faut pas tergiverser.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), située à Lyon, est l’agence de l’Organisation mondiale de la santé spécialisée dans la question du cancer.

Elle publie régulièrement des monographies dans lesquelles elle classe les substances qu’elle étudie dans différentes catégories en fonction du risque cancérogène qu’elles présentent. Pour rédiger ces documents le CIRC examine l’ensemble de la littérature scientifique publiée dans le monde. Les différentes catégories définies par le CIRC reflètent le niveau de preuve de l’effet cancérogène trouvé dans les différentes études réalisées sur l’animal ou sur l’homme.

13 mars 2015

Les perturbateurs endocriniens coûtent plus de 150 milliards d’euros par an à l’Europe

Un agriculteur répand des pesticides dans son champ, à Valmy,
 près de Lens, en juin 2014. DENIS CHARLET / AFP
Les perturbateurs endocriniens coûtent plus de 150 milliards d’euros par an à l’Europe
par Stéphane Foucart, Le Monde, 5 mars 2015

Obésité, diabète, troubles de la fertilité et neuro-comportementaux : la part de ces maladies et troubles chroniques attribuable aux perturbateurs endocriniens (PE) coûtent chaque année à l’Union européenne plus de 157 milliards d’euros, soit environ 1,23 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Union. Frappante, cette estimation est le principal résultat d’une série d’études conduites par une vingtaine de chercheurs américains et européens, à paraître dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism et qui devaient être présentées à San Diego (Californie), jeudi 5 mars, au congrès annuel de l’Endocrine Society – la principale société savante dévolue à l’endocrinologie. Les auteurs, qui ne font pas mystère des marges d’incertitudes inhérentes à ce genre de calculs, placent la fourchette haute de leur estimation à quelque 270 milliards d’euros annuels, soit 2 % du PIB européen.

Les PE sont une catégorie de molécules présentes dans de nombreux pesticides et plastiques, dans certains cosmétiques ou conditionnements alimentaires, et susceptibles d’interférer avec le système hormonal, même à de faibles doses. Aux échelles européennes ou nationales, certains d’entre eux – bisphénol A et phtalates – ont déjà fait l’objet de restrictions ou d’interdiction. Mais la plupart de ces substances ne sont pas régulées en tant que telles, et sont toujours autorisées. Selon l’Endocrine Society, « près de 100 % des gens ont des niveaux détectables de perturbateurs endocriniens dans leur organisme ».

Substances problématiques

France : Consultation publique sur le numérique à l’école : Priartem écrit à la Ministre de l’Education Nationale

Consultation publique sur le numérique à l’école : Priartem écrit à la Ministre de l’Education Nationale
par Priartem, 10 mars 2015


Priartem a fait parvenir une contribution sous forme de lettre à la Ministre car le questionnaire proposé était totalement inadapté à notre problématique.

Madame Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’Education Nationale

« Madame la Ministre,

Vous avez lancé une consultation publique sur le numérique à l’école. Cette consultation s’inscrit dans une démarche politique visant à développer les usages numériques dans les activités pédagogiques. L’ONG que je préside, Priartem – Pour Rassembler, Informer et Agir sur les Risques liés aux Technologies ElectroMagnétiques – s’est penchée sur le questionnaire mis en ligne dans le cadre de cette consultation et a décidé d’intervenir auprès de vous sous la forme de ce courrier. En effet, nous avons dû constater que les préoccupations qui sont les nôtres sont totalement absentes de l’opération que vous avez lancée comme elles sont absentes de tous les discours actuels sur les vertus du développement du numérique dès le plus jeune âge.

11 mars 2015

Ondes électromagnétiques et santé, expertise européenne - Les associations déposent une plainte

Ondes électromagnétiques et santé, expertise européenne - Les associations déposent une plainte
par Priartem et le Collectif des Electrosensibles de France, 11 mars 2015

Le rapport1 européen sur les effets sanitaires potentiels de l’exposition aux champs électromagnétiques vient d’être rendu public. Les ONG signataires dénoncent une expertise biaisée ne tenant pas compte d’études allant dans le sens d’un risque des radiofréquences pour la santé. Elles soulignent que ce rapport est l’« œuvre »un groupe d’experts, acquis à la thèse du déni de risque et favorables aux intérêts industriels, voire, pour nombre d’entre eux, en conflits d’intérêt direct. « Ceci pourrait expliquer que les résultats scientifiques inquiétants aient été écartés, notamment, ceux qui concernent les tumeurs cérébrales, remarque Mona Nilsson, présidente de la Fondation suédoise de protection contre les rayonnements. Il est urgent qu’une nouvelle expertise soit menée si nous ne voulons pas que les politiques de santé soient basées sur des données incomplètes et biaisées.

Un groupe d’experts électrosceptiques

Pour réussir l’exploit de produire un rapport favorable à l’absence de risque alors que s’accumulent les études montrant des effets et qu’une controverse féroce règne dans la communauté scientifique sur la question des risques sanitaires des ondes électromagnétiques, la recette est assez simple : il suffit de sélectionner un groupe d’experts où domine la position favorable à l’absence de risque et d’étouffer les éventuelles voix discordantes. Le groupe d’experts constitué par la Commission européenne est ainsi composé de personnalités, la plupart membres de l’ICNIRP2, bien connues pour leurs positions partisanes en faveur de l’absence de risque. L’exemple de Joachim Schüz est particulièrement frappant puisqu’il a été révélé qu’il s’était arrogé la partie épidémiologique, en contradiction avec le principe de pluralité de l’expertise, et qu’il avait, dans le pré-rapport rendu public en février 2014, écarté systématiquement les études montrant des effets sanitaires sur les tumeurs cérébrales liées à l’usage du téléphone portable (voir Annexe 4).

10 mars 2015

5ème Colloque de l’Appel de Paris : Intolérance environnementale idopathique : quel role des champs électromagnétiques et des produits chimiques? - Bruxelles, 18 mai 2015

Ce colloque scientifique international, le premier à être organisé en Europe sur ce sujet, a vocation à rassembler les principaux chercheurs et spécialistes afin de faire progresser la connaissance sur les mécanismes de ces deux pathologies et établir leur lien avec les facteurs environnementaux, qu’il s’agisse des champs électromagnétiques ou des produits chimiques. L’objectif sera par là-même de faire reconnaître ces deux syndromes par l’OMS pour qu’ils soient intégrés à la classification internationale des maladies.


L’ECERI (European Cancer and Environnement Research Institute), en partenariat avec l'ARTAC (Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse) et l’ISDE (International Society of Doctors for the Environment) organise le cinquième colloque de l’Appel de Paris, à l'Académie Royale de Médecine Belge, à Bruxelles. 

Cet évènement scientifique international se tiendra le 18 mai 2015 et sera intitulé :

 INTOLERANCE ENVIRONNEMENTALE IDIOPATHIQUE : QUEL ROLE DES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES ET DES PRODUITS CHIMIQUES? 

A la recherche d’un consensus sur l’électrohypersensibilité et la sensibilité aux produits chimiques multiples L’accent sera mis sur les hypersensibilités liées aux champs électromagnétiques et aux produits chimiques (EHS et MCS). D’éminents experts scientifiques internationaux se réuniront [Dr David O. Carpenter, Pr Dominique Belpomme, Dr Michael Kundi, Dr Magda Havas, Dr Lennart Hardell, Pr Olle Johansson...],  le but étant d'apporter des arguments scientifiques en faveur de l'inclusion de ces syndromes dans le cadre de l’intolérance environnementale idiopathique, une affection déjà reconnue par l'OMS. Voir le programme.

Le sans-fil met-il la santé en péril?

Le sans-fil met-il la santé en péril?
par Arnold Kohler, lecafetier.ch, 27 février 2015

Devenu indispensable pour travailler, s’informer et gagner du temps, le wi-fi implique une exposition aux ondes, qui n’est peut-être pas sans risque.

Etat des lieux à l’heure où les montres comme les fours et les réfrigérateurs se connectent sans y penser.

A Corcelles-Cormondrèche, dans le canton de Neuchâtel, des antennes de téléphonie ont été débranchées début janvier 2015 parce qu’un dépassement des normes prescrites par l’Ordonnance fédérale sur la protection contre le rayonnement non ionisant (Orni) avait été constaté. Les élèves de deux collèges s’en trouvaient affectés. Fin novembre 2014, la ville de Hambourg, en Allemagne, renonçait au Wi-fi dans les écoles. Celles-ci devaient pourtant s’équiper en matériel dernier cri: ordinateurs, tablettes et même tableaux numériques interactifs. La transmission des données par Wi-Fi engendrerait des fréquences extrêmement élevées de micro-ondes, c’est ce qui a motivé le gel du projet, outre une lettre ouverte d’une vingtaine de médecins du «groupe de travail médical sur les média numériques à Stuttgart». Et de rappeler que le progrès n’empêche ni la critique ni la prudence.

Un futur Tchermobile?

9 mars 2015

L’activation constante du Wi-Fi : une fonction oubliée mais nocive de votre ordinateur

L’activation constante du Wi-Fi : une fonction oubliée mais nocive de votre ordinateur
par Hélène Vadeboncoeur, Maison du 21e siècle, 9 mars 2015

Se connecter à Internet sans fil par le biais du Wi-Fi est quelque chose de tellement répandu qu’on en oublie ce que cela veut dire. Selonl’Association médicale autrichienne, le niveau d’exposition aux micro-ondes, à deux pieds d’un modem, d’un routeur Wi-Fi ou d’une simple tablette électronique grimpe jusqu’à 50 000 microwatts par mètre carré (µW/m2). C’est 500 fois plus que la valeur limite d’exposition recommandée par le Conseil de l’Europe (100 µW/m2).

Bien que je ne possède pas de tablette et n’utilise pas de connexion Wi-Fi pour mon ordinateur, mais plutôt l’Internet filaire, je me suis rendue compte le mois dernier qu’on peut se faire envahir par les micro-ondes émises par les appareils sans fil de nos voisins… lorsque la fonction Wi-Fi de notre ordinateur est activée.Je n’active jamais cette fonction sur mon ordinateur, à moins de l’apporter à l’extérieur de chez moi et de devoir absolument me brancher sur l’Internet sans fil à l’endroit où je me trouve alors. Or durant tout le mois de février, je ressentais des malaises (symptômes d’électrosensibilité), sans comprendre ce qui se passait puisque ma maison est désormais au bas de l’échelle d’exposition, soit à 1 ou 2 µW/m2.

7 mars 2015

Québec : Une nouvelle maladie, l'hypersensibilité environnementale

Photo: IS/iStock
Quand l’environnement rend malade : Estelle Servanin souffre d'une importante « hypersensibilité environnementale », au point qu’elle est confinée chez elle depuis trois ans. Elle se bat pour obtenir un réaménagement de son logement afin de mieux supporter les agressions extérieures. Même si deux médecins appuient sa demande, personne au gouvernement ne réagit, car la maladie n’est pas reconnue ici. 


Une nouvelle maladie, l'hypersensibilité environnementale

par Claire Frémont à La facture, Ici Radio-Canada, 24 février 2015

De plus en plus de personnes souffrent d'hypersensibilité environnementale, qui se manifeste en une multitude de réactions aux produits chimiques, aux parfums, aux cigarettes, à des niveaux d'exposition habituellement tolérés par la plupart des gens. Selon Santé Canada, cette maladie est en pleine émergence, mais elle n'est pas reconnue par les autorités de la santé du Québec.

Estelle Servanin est atteinte d'une forme très sévère d'hypersensibilité environnementale. Elle a des réactions excessives - qui s'apparent à des allergies - à des contaminants de toutes sortes, comme les moisissures, les parfums, les cigarettes et l'exposition au rayonnement électromagnétique.

France : "Moi, Anne-Laure Mager, électro-hypersensible"

Via son association, la jeune femme de 28 ans se bat pour le
maintien de la publiphonie.  Photo:  Thierry Grillet
"Moi, Anne-Laure Mager, électro-hypersensible"
par Valérie Pons, independant.fr, 
 23 février 2015

Présidente de l'association nationale Perdons pas le fil, la jeune femme s'oppose au démantèlement des cabines téléphoniques.

À 28 ans, avec son visage nu et lisse et ses cheveux recouverts par un turban clair, elle en paraît facilement dix de moins. C'est d'ailleurs à sa majorité et alors qu'elle était étudiante en Sciences à l'université de Rangueil à Toulouse, qu'Anne-Laure Mager a ressenti les premiers symptômes d'électro-hypersensibilité (EHS), reconnue et définie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Anne-Laure est handicapée. Mais cela ne se voit pas...

Proximité nocive d'une antenne-relais

"Comme beaucoup de jeunes, je me servais régulièrement d'un téléphone portable, témoigne-t-elle. Mais j'avais quand même remarqué quelques anomalies me concernant : des nuits agitées, courtes, des maux de tête intenses, comme un étau qui me broyait les tempes, j'avais des douleurs articulaires, des nausées, des pertes d'équilibre, des troubles de la mémoire et de la concentration… Et puis, un jour, je me suis retrouvée dans une rue, à Toulouse, en ayant perdu tous mes repères spatio-temporels ! Impossible de savoir ce que je faisais là. Qui plus est avec une migraine épouvantable. Après avoir retrouvé peu à peu mes esprits, je suis retournée chez moi et là les maux de tête ont recommencé... J'ai donc décidé de faire un test : j'ai demandé à une amie si elle pouvait m'héberger quelques jours. Elle a accepté et je crois que jamais je ne me suis sentie aussi bien ! Plus d'étau, plus de vertiges, ni de nausées. J'ai compris que le problème se trouvait sur mon lieu de vie, à cause sans doute d'un cumul d'ondes électriques émanant d'une antenne-relais proche de mon domicile".

Sa "bête noire" : le Wifi

6 mars 2015

Suisse : Téléphonie: augmenter la puissance des antennes pour éviter leur prolifération?

(Keystone)
Selon un article paru dans 20min en allemand, plusieurs membres du Conseil national du Parlement suisse opposent l'augmentation de la puissance des antennes  de téléphonie mobile, y compris Yvonne Gilli de l'association des médecins en faveur de la protection de l'environnement.  Selon d'autres, l'augmentation du rayonnement est nécessaire pour ne pas freiner la prospérité.  (Voir l'article paru dans 20min.)

Téléphonie: augmenter la puissance des antennes pour éviter leur prolifération?
ats, 25 février 2015

Pour densifier le réseau de téléphonie mobile suisse, il y a deux solutions: multiplier les antennes ou augmenter la puissance des installations existantes. Cette seconde option pourrait cependant poser des problèmes de santé publique.

La capacité des réseaux suisses de téléphonie mobile devrait être étoffée, pour faire face au développement prévisible du trafic. Le Conseil fédéral a adopté mercredi un rapport dans lequel il esquisse des options. Parmi celles-ci: amplifier la puissance de rayonnement des installations.

Cette mesure favoriserait une meilleure exploitation des sites et encouragerait l'utilisation conjointe des installations par plusieurs opérateurs. En fin de compte, elle réduirait le nombre d'antennes, prédit le gouvernement.

Avec une hausse de la valeur limite à 10 volts par mètre (V/m) - contre une fourchette actuelle située entre 4 et 6 V/m - la capacité des sites pourrait être multipliée par douze. Et le Conseil fédéral de conclure qu'environ douze fois moins d'infrastructures supplémentaires seraient nécessaires pour densifier le réseau à long terme.

3 mars 2015

Suisse : Un jeu vidéo pour protéger son image sur Internet

Les élèves de 10 à 13 ans sont concernés par cette initiative.
Image: Capture d'écran
Un jeu vidéo pour protéger son image sur Internet
ats/Newsnet, 3 mars 2015

Vaud :  L'objectif est de sensibiliser les élèves sur les thèmes du harcèlement ou encore de la transmission d'images intimes sur le web.

Un nouveau jeu vidéo est à la disposition des jeunes internautes en vue de les sensibiliser à la protection de leur image sur la toile. Mis en ligne par la police et le Département vaudois de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), il s'adresse aux élèves de 10 à 13 ans.

Harcèlement, transmission d'images intimes, insultes ou encore vengeance. Tant de thématiques délicates auxquelles ce jeu veut sensibiliser les élèves. «Car les dégâts peuvent être potentiellement immenses. Une image peut nous poursuivre toute notre vie», a rappelé ce mardi 3 mars devant la presse la conseillère d'Etat en charge de la police Béatrice Métraux.

2 mars 2015

"Ondes, sciences et manigances": L'industrie du téléphone mobile en accusation

«Ondes, sciences et manigances»: l’industrie du téléphone mobile en accusation
par Marine Jobert, Journal de l’Environnement, 14 janvier 2014
(voir la bande annonce ici)

Quel rapport y a-t-il entre deux cas de cancer à l’école primaire Victor Hugo de Rexpoëde (Nord) en 2009 et une base militaire américaine implantée en Pologne après le 11 septembre 2001? Quel lien peut unir le projet Manhattan –qui aboutit à la production de la première bombe nucléaire outre-Atlantique pendant la Seconde guerre mondiale- et un comité de scientifiques experts rassemblés sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 50 ans plus tard? Le documentaire «Ondes, sciences et manigances», réalisé par Jean Hêches et Nancy Guion de Méritens, tisse des liens entre les continents et à travers les décennies, qui convergent tous dans une même direction: l’atténuation, voire la négation, des effets sanitaires des ondes électromagnétiques par le dévoiement de la science à des intérêts privés.