Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

9 févr. 2017

Lettre à Mme Esther Alder, Conseillère administrative, Ville de Genève, sur la technologie sans fil

Lettre à Mme Esther Alder, Conseillère administrative en charge du Département de la cohésion sociale et de la solidarité de la Ville de Genève, signée par un membre du Comité, Association Romande Alerte aux ondes électromagnétiques.

Genève, le 7 février 2017

Madame,

Je vous remercie pour tout ce que vous faites pour la ville de Genève. Votre soutien quant aux activités des seniors est particulièrement apprécié.

En tant que senior, j'ai souvent assisté aux événements organisés par Cité Seniors. La variété des activités est très enrichissante.

Nous avons remarqué que le programme de février à juin 2017 offre nombre de cours informatiques, ce qui est très bien. Cependant, certaines de ces technologies, surtout le Wi-Fi et les smartphones - qui émettent un rayonnement de radiofréquence classifié «carcinogène possible» pour l'humain par le Centre international de recherche sur le cancer / l'Organisation mondiale de la santé - représentent des risques pour la santé.


Les utilisateurs tels que les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées sont plus vulnérables au rayonnement. Est-ce que les risques sanitaires et les recommandations pour réduire l'exposition font partie de ces cours? On a déjà posé la question au responsable du Cité Seniors qui a suggéré un débat, mais il nous semble qu’il serait plus utile de simplement incorporer ces recommandations dans les cours et de distribuer une brochure d’information à chaque participant.

Nous avons également suggéré à la Dre Sophia Achab du Département d’Addictologie des HUG, responsable pour une enquête sur l’usage de la Toile par les seniors, d’organiser un cours au Cité Seniors sur l’addiction au web et d’autres risques psychologiques et physiologiques liés à l’utilisation des technologies sans fil.

Les cours numériques incitent à l'achat et à l'utilisation des objets connectés. La prolifération de ces gadgets augmente la souffrance des personnes électro-hypersensibles, estimées à 5% de la population, et peut même déclencher cette affection du jour au lendemain. Personnellement, je connais des personnes qui, souffrant de cette condition, ne peuvent plus rester ou dormir chez elles dû à la pollution électromagnétique rayonnant des habitations voisines jour et nuit; pas plus qu’elles ne peuvent sortir de chez elles, le Wi-Fi étant omniprésent dans la ville.

Comme vous le savez, en décembre dernier, le Conseil des Etats a voté contre une augmentation des valeurs limites des antennes de la téléphonie mobile, précisément à cause des risques pour la santé. Certains sénateurs - ceux des cantons de Genève et de Vaud, par exemple - étaient conscients des dangers. Deux groupes de médecins ont aussi exprimé leurs soucis concernant la nocivité potentielle de cette technologie: le FMH et l'association des Médecins en faveur de l'environnement.

Nous considérons que la sensibilisation des seniors est un moyen efficace pour informer les jeunes membres de leurs familles et la population en général sur cette question importante de la santé publique. D'autres moyens sont les conférences pour les parents et les enseignants aux écoles. Nous avons déjà abordé cette question avec les responsables de l'instruction publique et certains milieux médicaux. Mme Anne Emery-Torracinta nous a assurés que l'utilisation du Wi-Fi dans les écoles serait limitée, cependant ce message a été accompagné par les règlements sur l’Utilisation du réseau sans fil Wi-Fi dans les écoles du 8 juin 2015 :

«L’OFSP observe… que le rayonnement généré par les réseaux sans fil est trop faible pour provoquer des effets sanitaires détectables, ceci s’appliquant également aux enfants et aux adolescents. Et de conclure qu’à ce jour, aucune nécessité de réglementation ne s’impose, ni en ce qui concerne le nombre croissant de stations publiques, ni en ce qui concerne le rayonnement ou les conséquences sur la santé.»

Ce même message concernant le Wi-Fi se trouve sur le site de la Ville de Genève.

La Ville de Genève peut mieux protéger la santé de ses habitants en fournissant une information plus à jour, selon les études scientifiques indépendantes les plus récentes. Pour plus d'information, nous vous prions de contacter les personnes responsables à l’Association Romande Alerte aux ondes électromagnétiques ou de visiter son site.

Au nom de la protection de la santé de tous les habitants de Genève, je vous remercie de votre attention à l’égard de ce qui précède et je vous prie de croire, Madame, à l’assurance de ma considération distinguée.

Membre Comité de l’ARA

Copie:
M. Robert Cramer, Conseiller aux Etats
Mme Liliane Maury Pasquier, Conseillère aux Etats
Mme Géraldine Savary, Conseillère aux Etats
Dre Sophia Achab, HUG
M. Philippe Demierre, Cité Seniors
Mme Sophie Michaud Gigon, FRC
Mme Zeynep Ersan Berdoz, Bon à Savoir

ARA Association Romande Alerte aux ondes électromagnétiques
Case postale 87
1110 Morges

Email : secretariat@alerte.ch
www.alerte.ch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire