Mieux Prévenir

Comprendre le rapport entre la santé et l'environnement pour mieux protéger nos enfants et les générations futures.

17 mai 2017

Un médicament contre l’ostéoporose provoque des fractures

Photo d'illustration.  Image:  DR
Un médicament contre l’ostéoporose provoque des fractures
par Francesca Sacco, Tribune de Genève, 
17 mai 2017

Santé : Cet effet indésirable inquiétant apparaît après l’arrêt du traitement. La Suisse est le premier pays à le signaler.

Voudriez-vous d’un médicament qui vous soulage sur le moment mais qui vous rende ensuite beaucoup plus fragile? C’est ce qui peut se produire avec le dénosumab, un médicament largement prescrit en Suisse contre l’ostéoporose. Swissmedic, l’autorité d’enregistrement des médicaments, vient de publier un avertissement: ce nouveau médicament pourrait provoquer des «fractures vertébrales multiples spontanées» à l’arrêt du traitement. Un comble, si l’on sait que l’ostéoporose se traduit précisément par une fragilité osseuse!

«On ne voulait pas y croire!»

La Suisse est le seul pays à avoir officiellement reconnu cet effet indésirable. «Au début, on ne voulait pas nous croire», déclare Olivier Lamy, chef au Centre des maladies osseuses du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Mais en décembre 2016, quatorze cas au moins ont été signalés en Suisse romande. Dans son édition du 19 avril, la Revue médicale suisse parle d’un effet rebond «très sévère». On observe en effet, après l’arrêt du traitement, un brusque «réveil synchronisé» de tous les facteurs cellulaires de destruction osseuse temporairement endormis par le dénosumab.

10 000 personnes sous traitement

La prescription de ce médicament est forcément limitée dans le temps, car il y a des risques de toxicité. En outre, une administration prolongée semble aggraver l’effet rebond, selon Olivier Lamy. À noter que près de 10 000 Suisses sont actuellement traités avec le dénosumab. Faudrait-il le retirer du marché? Les experts pensent que non. Selon eux, mieux vaut couper l’effet rebond avec une autre molécule. C’est possible grâce aux biphosphonates.

D'autres molécules problématiques

Reste que ces molécules, largement utilisées contre l’ostéoporose avant l’arrivée du dénosumab en 2010, ont également été accusées d’entraîner une péjoration de l’état des patients. Une étude réalisée à Genève a confirmé que les biphosphonates provoquaient des fractures qui n’avaient encore jamais été observées jusque-là, explique Raphael Meier, médecin au service de chirurgie viscérale des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). «Ces fractures surviennent en l’absence de traumatisme et présentent une cassure nette et transversale caractéristique.» Les premiers soupçons sont apparus vers 2006, avec le témoignage d’un médecin américain qui s’était brisé un fémur après avoir pris des biphosphonates. Sa fracture avait guéri seulement lorsqu’il avait arrêté d’en prendre et il s’était cassé l’autre fémur dès qu’il avait recommencé.

Une femme sur deux après 50 ans

En Suisse, l’ostéoporose toucherait entre 500 000 et 600 000 personnes. En raison de la disparition de l’effet protecteur des hormones sexuelles lors de la ménopause, les femmes y sont sujettes plus tôt que les hommes. Ainsi, après 50 ans, la probabilité d’en être atteint est de 50% chez les femmes et de 25% chez les hommes. La maladie serait responsable de 75 000 fractures par année en Suisse, dont la plupart ne seraient pas diagnostiquées, car indolores. (TDG)



DHPC – Prolia® (denosumab)
swissmedic.ch, 21 décembre 2016

Prolia® (denosumab) – risque de fractures vertébrales multiples (FVM) liées à la perte minérale osseuse après l’arrêt du traitement par Prolia®

21.12.2016 - En accord avec Swissmedic, AMGEN Switzerland AG souhaite porter à votre connaissance des informations importantes sur Prolia® et le risque de fractures vertébrales multiples (FVM) liées à la perte minérale osseuse après l’arrêt du traitement par Prolia®.

Des fractures vertébrales multiples (FVM) ont été rapportées dans des études cliniques et après l’autorisation de mise sur le marché après l’arrêt du traitement par Prolia® chez des patients atteints d’ostéoporose.

Les FVM sont la plupart du temps imputables à une perte minérale osseuse après l’arrêt du traitement par Prolia®, en particulier chez les patients ayant des antécédents de fracture vertébrale.
Si l’on s’en tient aux propriétés pharmacologiques de Prolia®, les effets sur la densité minérale osseuse (DO) et le remodelage osseux devraient être en recul après l’arrêt du traitement. Or, des études cliniques montrent que la DO après l’arrêt de Prolia® est à nouveau comparable aux valeurs mesurées avant le traitement. Toutefois, chez certains patients, la DO a diminué par rapport à la valeur initiale, avant le début du traitement par Prolia®.

https://www.swissmedic.ch/marktueberwachung/00135/00157/03679/index.html?lang=fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire